Strict Standards: Non-static method dcRelatedPages::relatedMode() should not be called statically in /home/gillesbe/www/ramassi/dotclear/themes/keepsake/template.php on line 55

Ne pas effrayer les populations

Les mauvaises nouvelles de Fukushima se confirment. Selon un rapport russe, deux explosions atomiques souterraines auraient eu lieu sur le site de Fukushima le 31 décembre dernier, (source en anglais) après que des panaches de vapeur se soient échappés de la centrale les 19 ; 24 ; 25 et 27 décembre.

En anglais toujours, le site Zero Hedge nous informe que les quantités d'éléments radioactifs relâchés dans la mer sont 10 fois plus importantes que celles émises par la totalité des essais nucléaires depuis les années 40.
En effet, une mortalité brutale frappe plusieurs espèces du pacifique, et leurs cadavres s'échouent sur la côte ouest des États-Unis.
Un phénomène qui touche aussi les Pygargue à tête blanche, des aigles morts dans l'Utah (20 aigles).

Parallèlement les médias se voient interdits d'informer sur la gravité de la situation, comme le révèle l'histoire de Cenk Uygur, présentateur sur MSNBC, qui a démissionné lorsque le président de la chaîne lui a ordonné de modérer ses critiques envers les gens de pouvoir, en l’occurrence les mensonges des gouvernements et de TEPCO sur la dangerosité de Fukushima. Il révélait notamment que 71 marines de l'USS Ronald Reagan ont contracté un cancer après être intervenus sur le zone de l'accident. En réalité il semble bien que les cœurs des réacteurs aient fondu et se soient enfoncés sous terre. C'est peut-être pour cela que le gouvernement américain a acheté le 6 décembre dernier 14 millions de doses d'iodide de potassium.

Parallèlement, la Turner Radio Network publie une fuite qui révèle l'existence d'un protocole d'accord confidentiel signé entre l'AIEA et le gouvernement japonais, visant à tenir au secret les informations relatives au niveau de radiations et aux risques de santés consécutifs à l'accident de Fukushima.

Il y a plus grave : il est presque certain qu'un nouveau tremblement de terre frappera le site de Fukushima dans les dix années qui viennent. Si le problème n'est pas réglé d'ici là, le désastre sera tel qu'il faudra envisager une évacuation totale de la côte ouest des États-Unis, sans parler du Japon rayé de la carte. Dores et déjà, un contact me rapporte qu'à San Francisco certains familles déménagent à titre préventif.

Trackbacks

Pour faire un tracback sur ce billet : http://www.ramassi.net/tb.php?id=924